Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2006 2 21 /03 /mars /2006 09:00

Pas d'idée de repas et un reste de plateau de fromages bien éntamés et guère présentables ?

Pas de problème, la solution, c'est la tarte à la tomate et au(x) fromage(s).

Il vous faut : une pâte à tarte (les plus courageuses réaliseront une pâte brisée, agrémentée de parmesan râpé, ça donne un petit côté croustillant ; les plus paresseuses comme moi prendront une pâte toute prête), de la moutarde, des tomates fraîches (3 - 4), huile d'olive, herbes de provence ou origan, basilic,... poivre et bien sûr des restes de fromage. Alors là, lâchez-vous, tous les fromages peuvent être essayés, sans autre modération que celle que nous impose notre tour de hanches ! En vrac, je recommande : le cantal pour son petit côté rustique, le camembert qui relève le goût, la mozarella si douce, la fourme d'ambert qui se marie très bien avec la tomate, le bleu de Gex, tout, essayez tout !

Foncez un plat à tarte, étalez une bonne cuillérée à soupe de moutarde voire 2 si elle n'est pas très forte. Disposez une première couche de fromage si possible à pâte dure (cantal, gruyère, comté,...) et détaillé en copeaux (avec un économe). Ajoutez les tomates en rondelles. Remettez par dessus quelques morceaux de fromage pâte molle ou de chèvre. Ajoutez un filet d'huile d'olive, parsemez d'herbes et de poivre. Pas de sel à cause du fromage. Enfournez pour environ 30 mn à 180°c chaleur tournante.

Et voilà le résultat :

Appétissant, non ?

Le truc : mettre les fromages à pâte dure sous les tomates. En fondant, ils forment une couche étanche, qui empêche le jus des tomates de pénétrer dans la pâte, qui reste bien croustillante... 

Repost 0
Published by DominiqueA - dans tites faims
commenter cet article
20 mars 2006 1 20 /03 /mars /2006 08:34

Vent, pluie, froid, le printemps n'est pas encore tout à fait là, alors comment passer 2/3 heures chaleureuses dans la cuisine avec les enfants ? Pourquoi dans la cuisine ? Mais parce qu'il y a tournoi des 6 nations dans le salon !

Voilà une petite recette simplissime, beaucoup d'effet et que les rugbymen adorent (utile pour consoler d'une défaite toujours possible du XV de France).

Prenez une tablette de bon chocolat à cuire (essayez-en plusieurs, ça dépend de votre goût, certains étant plus amers que d'autres), soit 200 g. Achetez environ le même poids, un peu moins (180 g) d'écorces d'oranges confites déjà découpées. Vous pouvez aussi les acheter entières et les découper vous-même, mais je trouve que les morceaux sont souvent trop gros dans ce cas-là. Personnellement, je les trouve sur le marché, un petit vendeur de fruits confits, secs et d'épices.

Faites fondre le chocolat au bain-marie. Arrêtez le feu et laisser le bain-marie sur la casserole chaude pour que le chocolat reste liquide pendant toute l'opération (qui peut prendre un certain temps si comme moi vous vous faites "aider" par des petites mains). Versez les orangettes poignée par poignée dans le chocolat, remuez bien pour les enrober complètement et déposez-les sur une feuille de papier sulfurisé.

 

Laissez sécher quelques heures et dégustez ! Ne vous inquiétez pas si ça fait de gros paquets, (on voit bien là où mon fils m'a aidée...), une fois sec le surplus se décolle très facilement et récompense immédiatement le cuisinier !

Le truc, c'est l'ustensile : une petite fourchette à chocolat qui ne coûte rien et qui rend cette opération très facile et en plus ludique ! On en trouve dans toutes les bonnes boutiques d'articles de cuisine (pas de décoration, ne confondez pas comme certains...).

 

Repost 0
Published by DominiqueA - dans tites faims
commenter cet article
13 février 2006 1 13 /02 /février /2006 09:52

Vous connaissez toutes la recette de la mousse au chocolat qui orne le dos des plaquettes de chocolat à cuire Nestlé : 1 plaquette de chocolat (200g) et 6 oeufs. On sépare le blanc des jaunes, on fait fondre le chocolat, on le mélange aux jaunes et on ajoute les blancs montés en neige. On entrepose au moins 3 heures au frigo.Tout le monde sait faire ça. Mais le petit plus de mon amie Martine, c'est une cuillèrée à soupe de sucre glace ajouté au mélange jaunes d'oeufs/chocolat. Ca chasse toute l'amertume du chocolat. Mon mari m'a demandé si je l'avais faite avec du chocolat au lait !!! (Pardonnez-lui, ce n'est qu'un homme...)

Et le respect de trois règles essentielles :
- Faire fondre le chocolat au bain-marie ; je trouve qu'au micro-ondes, il se refroidit trop vite et devient difficile à travailler.
- Battre les blancs en neige très ferme, sinon ils redeviendront liquides comme dans les mauvais restaurants,...
- Ajouter 1/3 des blancs au mélange jaunes/chocolat et mélanger avec un fouet à main pour le détendre. Ajouter ensuite le reste des blancs avec une marise (spatule en plastique - indispensable) en soulevant la masse. Cela prend un certain temps pour que tous les blancs soient bien incorporés, mais prenez-le (4-5 mn) car c'est le secret d'une mousse qui se tient.

 

Repost 0
Published by DominiqueA - dans tites faims
commenter cet article
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 14:24

Ma famille est originaire d'un tout petit village dans le Lot (46), Le Vigan. Pas de quoi fouetter un chat, une abbatiale du XIIIe siècle superbe, 5 ou 6 commerçants, un plan d'eau et un cimetière : pas mal déjà pour environ 1000 habitants. Seulement voilà, depuis quelques mois, s'est ouvert un nouveau restaurant face à l'église. Chez Louise, nom de la grand-mère du chef et ancienne propriétaire des murs. L'accueil est chaleureux, Mme Prunières est aux petits soins, même juste pour passer prendre un café dans la journée. En cuisine, officie Marc Prunières, ancien de chez Taillevent, qui a ouvert deux restaurants à Paris et est revenu au pays après 30 ans de loyaux services dans la capitale. Sa générosité naturelle (si vous voyiez sa carrure de rugbyman à la retraite...) transpire dans sa cuisine, qui  allie les saveurs locales et le savoir faire parisien ; difficile de vous donner un menu type, il change à peu près toutes les semaines en fonction du marché, mais par exemple samedi dernier : dégustion de foie gras (naturel, à la figue et aux pruneaux) et mique grillée, rizotto de langoustines agrémentées de petites tranches de magret fumé, cabécou en feuille de brick et petite salade d'endives aux noix, mousse de pain perdu aux poires caramélisées. Tout ça dans un menu carte à 29€ plus un verre de Tariquet avec le foie gras et un demi graves blanc sec. Un régal. Pour le décor, une charmante auberge de village typique avec les murs en pierre apparente et un comptoir en zinc des années 30/40 qui aurait certainement beaucoup à nous raconter s'il pouvait parler...

Alors si un jour vous vous perdez dans le Lot, entre Sarlat et Gourdon, n'hésitez pas à aller chez Louise de ma part, vous y serez bien reçu et vous y dînerez comme dans les bons restaurants parisiens, mais à moitié prix.... Enfin pour l'instant. Entré au Bottin Gourmand cette année, je le prédis pour le Michelin la saison prochaine.

 

Moi pas bien maîtriser reflets apn, alors je vous remets l'adresse :

Auberge Chez Louise (ceux qui ont les meilleurs yeux auront remarqué que cela s'est transformé chez Marc sur la carte)
Le Bourg - 46300 Le Vigan
05.65.32.64.88

Si vous y passez, merci de me mettre un petit commentaire pour me donner votre avis...

Repost 0
Published by DominiqueA - dans tites faims
commenter cet article

Qui Suis-Je ?

  • : Echevette
  • Echevette
  • : Journal de bord d'une dessinatrice en point de croix, je vous offre mes grilles gratuites et vous présente mes créations. Venez partager votre passion avec moi !
  • Contact

Ma petite bibliothèque

Not in French ?

Articles Récents